Tuesday 14. July 2020
Communiqués de presse actuels
Webnews, 06/01/2020

 

La COMECE appelle l'UE à assurer la stabilité au Burkina Faso

 

Selon des statistiques récentes, depuis le début de 2019, un total de 238 attaques armées ont été signalées au Burkina Faso, transformant le pays africain en épicentre de la crise sécuritaire du Sahel. La COMECE appelle l'UE à soutenir les autorités du pays, ainsi que les Églises et les communautés religieuses, pour prévenir les affrontements et les conflits et renforcer le respect mutuel.

 

 

Environ un tiers du pays est en proie à des combats entre de multiples groupes armés non-étatiqueset n'est plus accessible au personnel humanitaire. Plus de 1000 personnes, pour la plupart des civils, ont été victimes de cette violence depuis le début de 2019.

 

La situation semble également extrêmement dangereuse pour les communautés chrétiennes locales qui, selon diverses ONG et médias, sont souvent la cible de militants islamistes, qui attaquent délibérément les églises et les fidèles.

 

Déjà en juillet 2019, S. E. Mgr. Laurent Birfuoré Dabiré, évêque de Dori, a appelé à l'interdiction des armes pour les groupes djihadisteset à l'arrêt du soutien extérieur aux djihadistes qui assassinent les chrétiens. « Si le monde continue à ne rien faire- a-t-il déclaré - le résultat sera l'élimination de la présence chrétienne dans cette région et très probablement, à l'avenir, dans tout le pays ».

 

Lors de l'atelier inter-conférences sur la sécurité au Sahel, tenu à Ouagadougou les 12 et 13 novembre 2019, les évêques catholiques et les délégués des conférences épiscopales de la région du Sahel ont souligné que, parmi d'autres facteurs, « la pauvreté, l'ignorance, la mauvaise gouvernance, la corruption, la radicalisation, l'intolérance religieuse, la prédation des ressources naturelles », sont à la base de la crise du Sahel et ont appelé la communauté internationale à prendre des mesures.

 

Le jeudi 19 décembre 2019, le Parlement européen a adopté une résolution visant à "condamner fermement toute forme de violence, les intimidations et les engagements de civils, actes qui visent les services de sécurité, les sites religieux et les pratiquants au Burkina Faso, en particulier les actes de violence visant certaines communautés religieuses, ainsi que l'instrumentalisation politique et l'utilisation abusive de la religion pour légitimer la persécution des chrétiens et d'autres minorités religieuses ".

 

Dans ce contexte, la COMECE appelle l'UE et ses États membres à soutenir le Burkina Faso et ses autorités dans la lutte contre les causes profondes de la violence en cours, à poursuivre les auteurs des attentats terroristes et à soutenir la société et les institutions burkinabés, y compris les Églises et les communautés religieuses, pour prévenir les conflits et les affrontements et renforcer le respect mutuel.

 

Photo: Anne Mimault/Reuters via CNS

Contact presse:

Alessandro Di Maio

Chargé de communication E-mail Contact Tel. +32 (0) 2 235 05 15
Contact us
19, Square de Meeûs
B-1050 Bruxelles
T + 32(0)2 235 05 10
Display:
http://www.comece.eu/