Saturday 25. May 2019
Media
Cath.ch, 06/01/2019

 

Le pape François presse l'Europe à accueillir les migrants

 

Le pape François a appelé les gouvernements européens à une “solidarité concrète” envers les migrants en accueillant ceux errant depuis plusieurs jours en Méditerranée à bord de navires d’ONG, lors de la prière de l’Angélus du 6 janvier 2019 depuis sa fenêtre du Palais apostolique du Vatican.

 

 

Le pontife a lancé un nouvel appel en soutien aux migrants, évoquant la situation de 49 personnes retenues en mer Méditerranée au large de Malte. “Depuis plusieurs jours, a expliqué le pontife juste après la prière mariale, 49 personnes sauvées en Méditerranée sont à bord de deux navires d’ONG en recherche d’un port sûr où débarquer”.

 

Le premier des deux navires, le Sea-Watch 3, est venu en aide à 32 migrants le 22 décembre. Le second, le Sea-Eye, compte à son bord 17 migrants depuis le 29 décembre. Ces deux bateaux sont affrétés par des ONG allemandes.

 

Le pape, fils de migrants italiens

 

Face à cette situation, a poursuivi le chef de l’Eglise catholique, “j’adresse aux dirigeants européens un sincère appel à démontrer une solidarité concrète envers ces personnes”. En effet, ces navires sont toujours bloqués au large de Malte en attendant qu’un pays accepte que les migrants débarquent dans un de ses ports. Les Pays-Bas, l’Allemagne et la France se sont toutefois dits prêts à accueillir des migrants, à condition que cela se fasse dans un cadre européen, avec une répartition des personnes.

 

L’accueil des migrants est un des thèmes particulièrement chers au cœur du pape François, lui-même fils de migrants italiens arrivés en Argentine entre les deux guerres mondiales. Il s’agit ainsi d’un des axes diplomatiques majeurs du pontificat, qui se retrouve toutefois confronté à la décision du gouvernement populiste italien prise cet été de fermer ses ports à tout navire secourant des migrants.

 

“Une honte pour l’Europe”

 

La situation des migrants avait également été au cœur d’un entretien le 5 janvier 2019 du pape François avec le fondateur de la Communauté Sant’Egidio, Andrea Riccardi. Les thèmes de la pauvreté, de l’avenir de l’Afrique et de la paix ainsi que l’accueil et l’intégration des migrants et réfugiés ont été au cœur de l’entretien. Pour Sant’Egidio, empêcher le débarquement de ces migrants est “une honte pour l’Europe”. 

 

Le Seigneur Jésus, rejeté dès sa naissance

 

Les évêques maltais ont envoyé au Frère Olivier Poquillon, secrétaire général de la Comece, la Commission des épiscopats de la communauté européenne, une lettre dans laquelle ils expriment leur “profonde préoccupation” et demandent le soutien de leurs frères évêques en Europe au sujet des 49 migrants bloqués depuis des jours en mer Méditerranée.

 

“De manière ironique, alors que nous catholiques célébrions la Nativité de notre Seigneur, rejeté dès sa naissance, l’Europe a refusé de donner refuge à 32 migrants”, écrivent Mgr Charles Scicluna, archevêque de Malte, son évêque auxiliaire Mgr Joseph Galea Curmi et Mgr Mario Grech, évêque de Gozo.

 

“Ayons le courage d’ouvrir nos cœurs”

 

“Ayons le courage d’ouvrir nos cœurs” au Seigneur, avait demandé auparavant le pape François lors de l’Angélus. Accueillir le Seigneur demande d’aller au-delà de nos “craintes et fermetures du cœur”, avait-il alors déclaré depuis sa fenêtre du Palais apostolique à l’occasion de la fête de l’Epiphanie.

 

Le Christ s’est fait homme, avait expliqué le pontife, pour porter le salut à tous, “proches ou lointains”. Ainsi, les trois Rois Mages venus se prosterner devant Lui représentent les peuples éloignés de la foi juive. Mais leur “générosité de cœur” leur a permis de comprendre que l’Enfant était né pour tous les hommes: nul ne peut se l’approprier, “Il est un don pour tous”.

 

Adresse aux chrétiens orientaux

 

Si les Rois Mages se sont laissé illuminer par la lumière du Christ, a poursuivi le chef de l’Eglise catholique, le roi Erode en a eu peur, tandis que les scribes n’ont pas su dépasser leurs propres certitudes. Comme les trois Mages, “ayons le courage d’ouvrir nos cœurs à cette lumière tendre et discrète”, a souhaité le pontife. Ce dernier a également assuré les chrétiens orientaux qui célèbrent Noël ce 6 janvier de ses vœux “cordiaux et fraternels, en signe de communion”.

 

La plupart des Eglises orientales, coptes et orthodoxes, célèbrent en effet Noël le 7 janvier, suivant le calendrier julien. L’Eglise apostolique arménienne le fête elle le 6 janvier.  (cath.ch/santegidio/imedia/xln/be)

 

Cath.ch

Photo: www.santegidio.org

Contact us
19, Square de Meeûs
B-1050 Bruxelles
T + 32(0)2 235 05 10
Display:
http://www.comece.eu/