Wednesday 27. October 2021
2005
COMECE Press 12.10.2005

L’UE doit respecter les Droits de l’Homme qu’elle chérit dans sa politique de migration et d’asile

 

En réaction aux abus flagrants en matière de Droits de l’Homme dans les îles de Ceuta et Melilla, six Églises et organisations chrétiennes ont adressé une lettre au Conseil ‘Justice et Affaires intérieures’ qui se réunira le 12 octobre, afin de réclamer que l’Union Européenne respecte sa rhétorique sur les Droits de l’Homme et qu’elle la mette en application dans sa politique de migration et d’asile.

 

Dans cette lettre, les six organisations travaillant dans le domaine de la migration et de l’asile [Caritas Europe, La Commission des Eglises auprès des Migrants en Europe (CCME), le Secrétariat de la Commission des Épiscopats de la Communauté européenne (COMECE), la Commission Catholique Internationale de la Migration (ICMC), Le Service Jésuite des Réfugiés (JRS Europe) et le Conseil Quaker pour les Affaires européennes] soulignent la situation de plus en plus désespérante à laquelle sont confrontés les hommes et les femmes, qu’ils soient migrants ou demandeurs d’asile, lorsqu’ils tentent d’entrer sur le territoire de l’UE. Abattre des personnes non armées aux frontières de l’UE est déplorable et une enquête judiciaire approfondie doit être menée afin d’examiner les évènements qui se sont produits sur Ceuta et Melilla.

 

Une fois encore, ces six organisations réaffirment la dignité inaliénable de TOUS les êtres humains et les droits humains qui en découlent. L’UE a le devoir de respecter ces droits, quels que soient ses actes dans ce domaine, et en particulier lorsqu’elle négocie des accords de réadmission avec un pays tiers ou qu’elle renforce les partenariats avec les pays de transit ou d’origine. Les êtres humains qui tentent d’entrer sur le territoire de l’UE illégalement ne doivent pas être criminalisés, surtout si l’on considère que certains d’entre eux peuvent se réclamer du statut de réfugié comme le prévoit la Convention de Genève relative au statut des réfugiés de 1951.

 

En se définissant elle-même comme une communauté de justice, l’Union Européenne doit développer une approche de sa politique d’asile et de la migration basée sur les droits de l’homme si elle veut assurer une solution à long terme dans ce domaine. Les solutions offertes par les propositions actuelles visant à adopter de politiques restrictives et à augmenter le financement ne sont ni durables, ni humaines.

 

Contacts:

  • Peter Verhaeghe, Migration Officer, Caritas Europa +32 (0) 2 235 03 96
  • Doris Peschke, General Secretary, Churches’ Commission for Migrants in Europe +32 (0) 2 234 68 00
  • Henrik Lesaar, Legal Adviser, COMECE +32 (0) 2 235 05 13
  • Mariette Grange, Advocacy Officer, International Catholic Migration Commission +41 (0) 22 919 10 20
  • Jan Stuyt, S.J. Regional Director, JRS +32 (0) 2 250 32 20
  • Liz Scurfield, Joint representative, Quaker Council for European Affairs +32 (0) 2 234 30 63
Contact presse:

Alessandro Di Maio

Responsable de Presse et Communication E-mail Contact Tel. +32 (0) 2 235 05 15
Contact us
19, Square de Meeûs
B-1050 Bruxelles
T + 32(0)2 235 05 10
Display:
http://www.comece.eu/