Wednesday 20. October 2021
2008
COMECE Press 14/11/2008

 

La crise éprouve les valeurs de la société européenne

Assemblée plénière d’automne de la COMECE

 

La crise financière révèle plus profondément une crise spirituelle et un ordre erroné des valeurs. Le sens et la valeur du travail humain sont passés à l'arrière-plan dans la recherche générale du profit, ont regretté les évêques de la COMECE à l’occasion de leur Assemblée plénière d’automne. Cette réunion, qui s’est tenue du 12 au 14 novembre à Bruxelles dans les nouveaux locaux de la COMECE au 19 Square de Meeûs, a par ailleurs été marquée par l’arrivée du Père Piotr Mazurkiewicz comme nouveau secrétaire général.

 

Avec pour thème « les défis actuels de l’Union européenne », l’Assemblée plénière a donné l’occasion aux évêques membres de la COMECE d’analyser la triple crise à laquelle est confrontée l’Union européenne ces derniers mois : le résultat du referendum en Irlande qui a mis en suspens le Traité de Lisbonne et donc la réforme institutionnelle de l’UE ; la crise géopolitique avec la guerre entre la Russie et la Géorgie ; la crise économique et financière enfin.

 

Mgr Adrianus Van Luyn, Président de la COMECE, a appelé à ne pas sous estimer la portée de cette crise: «Celui qui voit la cause de la crise financière uniquement dans un manque de transparence et d’imputabilité juridique, ne voit sans doute pas que c'est bien plus notre modèle de société lui-même qui est en question. Un modèle économique qui se base sur la consommation continue et sans limites de ressources limitées, va dans la mauvaise direction. » Il a estimé que la cause plus profonde de la crise financière se situait dans « un ordre erroné des valeurs. »

 

La crise financière est aussi l’occasion d’interroger avec plus d’acuité les modes de vie de notre société occidentale. Dans ce contexte, les évêques de la COMECE ont reçu le rapport « Une réflexion chrétienne sur le changement climatique » rédigé par le groupe d’experts qu’ils avaient mis en place en novembre 2007. Les évêques ont pris note des conclusions du rapport: le changement climatique est une question de survie pour une grande partie de l’humanité ; un leadership politique fort ainsi que, plus profondément, une réflexion et un débat éthique sont nécessaires pour convaincre les esprits mais aussi les cœurs des citoyens à se distancer du mode de vie prédominant, trop centré sur la consommation et notamment sur une consommation énergétique disproportionnée.

 

La «modération» comme une vertu centrale, devrait constituer le pivot dans ce changement de styles de vie. Il appartient aux chrétiens de faire comprendre à leurs concitoyens que la modération peut être synonyme de qualité de vie et de bonheur, car elle permet de distinguer l’essentiel du superflu. La difficulté des Chrétiens de communiquer un autre style de vie comme la clé du secret d’une vie bonne et finalement heureuse serait un défi aussi pour l’Eglise.

 

Dans ce même esprit, ils ont appelé au respect du repos dominical comme base du modèle social européen et facteur de réconciliation entre travail et vie familiale. Ces dernières années, le dimanche a été mis à mal dans les législations de nombreux Etats membres, à la faveur d’une vision politique libérale et consumériste. Dans le contexte de la crise économique actuelle, les évêques de la COMECE appellent les députés européens à prendre leurs responsabilités et à inscrire le dimanche comme jour de repos dans la Directive Temps de travail qui sera votée à la mi-décembre au Parlement européen.

 

Concernant la situation des réfugiés chrétiens d’Irak, les évêques appellent l’UE à reconnaître le rôle essentiel qu’a joué le Christianisme dans la tradition et l’histoire de la nation irakienne et à constamment soulever la question de la communauté chrétienne, aujourd’hui menacée de disparition, et des autres minorités religieuses dans ses contacts avec le gouvernement irakien. D’une façon générale, ils regrettent que l’UE ne consacre pas encore d’efforts suffisants dans ses relations avec les pays tiers, à lutter de façon déterminée contre les atteintes à la liberté religieuse qui continuent à être perpétrées de part le monde contre les minorités.

 

Pour leur part, les évêques ont confié au Secrétariat de la COMECE le soin de constituer un groupe d’experts pour mener une réflexion sur le principe de réciprocité en matière de liberté religieuse. Un rapport leur sera soumis lors de la prochaine Assemblée plénière, en mars 2009.

Contact presse:

Alessandro Di Maio

Responsable de Presse et Communication E-mail Contact Tel. +32 (0) 2 235 05 15
Contact us
19, Square de Meeûs
B-1050 Bruxelles
T + 32(0)2 235 05 10
Display:
http://www.comece.eu/