Thursday 28. October 2021
2011

 

Une vision politique européenne à long terme est nécessaire pour surmonter la crise

 

 

En pleine crise financière de l’Eurozone, les évêques de la COMECE appellent l’Union européenne et ses citoyens à s’abstenir de se faire des reproches mutuellement; au contraire nous devons assumer ensemble nos responsabilités pour trouver des solutions à la crise. Les évêques appellent les dirigeants européens à adopter une perspective de long terme pour surmonter la crise. Voilà les principaux messages de l’Assemblée plénière d’automne de la COMECE, qui s’est tenue du 26 au 28 octobre 2011 à Bruxelles sur le thème de “La crise financière et l’avenir de l’intégration européenne.

 

 

Les évêques ont auditionné différents experts sur ce sujet complexe. M. Peter Wagner, de la Commission européenne, a présenté la mission de la nouvelle Task Force pour la Grèce. Le Prof. Lans Bovenberg, de l’université de Tilburg, Dr. Emmanuel van der Mensbrugghe, Directeur du Bureau Europe du FMI et M. Jean-Pierre Jouyet, Président de l’Autorité française des marchés financiers, ont présenté leur analyse des origines économiques et politiques de la crise de la dette en Europe.

 

Les causes de la crise sont structurelles et prennent avant tout leur source dans des arbitrages politiques qui ont été pris ces dernières décennies avec des vues à court terme et souvent motivées par des raisons électorales. Ces choix reflètent souvent un comportement individuel consumériste financé à crédit. Dans la situation actuelle, une culture du reproche ne mènera nulle part. Les européens doivent rester unis et solidaires afin de surmonter la crise actuelle. D’ailleurs, une crise n’est pas obligatoirement synonyme de déclin : on peut en faire une opportunité pour aller vers un renouveau.

 

Le Président du Conseil européen, Herman Van Rompuy est venu présenter aux évêques de la COMECE les conclusions du Sommet européen qui s’est ouvert le 26 octobre. Les évêques en ont salué les résultats, y voyant une réponse immédiate à la crise. Cependant, ils sont conscients que des solutions techniques et à court terme ne sont pas suffisantes. C’est pourquoi, ils ont souligné la nécessité d’adopter une vision à long terme pour les institutions européennes et le modèle socio-économique qu’elles défendent. Il convient en particulier de prendre mieux en compte les intérêts de la jeune génération, car elle risque d’être une des principales victimes de la crise.

 

Les évêques sont convaincus que l’Eglise peut être une force de cohésion et d’espérance au sein des sociétés européennes, qui sont menacées par le populisme et la division. Les racines de la crise actuelle sont principalement morales et spirituelles. Le relativisme moral est en effet en train de modifier le sens de la responsabilité personnelle et collective à long terme. Grâce à leurs services sociaux, les Eglises viennent en aide aux plus démunis dans nos sociétés ; elles encouragent la dignité et le bien commun contre les tendances individualistes.

 

Les évêques de la COMECE ont également adopté une déclaration sur l’économie sociale de marché, un concept qui a été introduit dans le Traité sur l’Union européenne par le Traité de Lisbonne. Le texte, intitulé « Une communauté européenne de solidarité et de responsabilité » sera publié dans plusieurs langues début janvier 2012.

 


 

 

Pour toute information complémentaire, veuillez contacter Johanna Touzel, porte parole de  la COMECE Johanna.touzel@comece.eu

 

Contact presse:

Alessandro Di Maio

Responsable de Presse et Communication E-mail Contact Tel. +32 (0) 2 235 05 15
Contact us
19, Square de Meeûs
B-1050 Bruxelles
T + 32(0)2 235 05 10
Display:
http://www.comece.eu/