Wednesday 17. July 2019
2012

 

 

Liberté religieuse :

l’UE devrait devenir la référence dans la défense de ce droit humain fondamental

 

Dans tout pays dans lequel les droits des peuples à la liberté religieuse a été violé ou menacé, la société dans son ensemble est en danger. La liberté religieuse est en effet un important indicateur pour mesurer le respect des droits de l’homme dans leur ensemble. C’est pourquoi l’Union européenne devrait établir une meilleure surveillance des violations de la liberté religieuse en Europe comme dans le reste du monde. Telle fut la principale demande adressée par la COMECE et la Commission « Eglise et société » de la CEC à la Commission européenne et au Service européen d’Action extérieure lors d’un séminaire de Dialogue qui s’est tenu le 30 mars à Bruxelles.

 

Durant une session d’une journée, les Eglises ont présenté leur évaluation des récentes violations de la liberté religieuse. Mgr Coutts, l’archevêque de Karachi et Paul Bhatti, le frère du Ministre assassiné, ont présenté un émouvant compte-rendu de la situation des chrétiens et des autres minorités au Pakistan. Comme dans de nombreux autres pays,  bien que la Liberté religieuse soit en principe garantie au Pakistan, les faits montrent que les minorités religieuses sont victimes de pressions et de violences. Les chrétiens et les autres minorités ne réclament pourtant aucun statut ni protection spéciale, mais le simple accès à la « citoyenneté commune ». L’Archevêque a souligné : «  Ils sont citoyens de plein droit de leurs pays et devraient simplement se voir reconnus leurs droits légitimes de citoyens à part entière. »

 

En réponse, les représentants du Service européen d’action extérieure (SEAE) ont fait part de leur intention d’améliorer le suivi des violations de la liberté religieuse par une stratégie plus systématique et coordonnée à l’échelle européenne. Les Eglises ont apporté leur entier soutien à l’augmentation des moyens d’action du SEAE en la matière et l’ont notamment encouragé à développer une « boîte à outils » comportant des mesures et des instruments d’action pour contrer les violations faites à la liberté religieuse dans le monde ; elles ont proposé leur expertise en la matière. Pour ce faire, le chanoine Dr Gary Wilton, de l’Eglise anglicane, a présenté différentes bonnes pratiques allant de l’éducation aux droits fondamentaux au sein des églises comme en dehors, à des séminaires communs dans les zones de conflits réunissant autorités policières, judiciaires et représentants religieux . Il a par ailleurs indiqué que l’insertion dans les accords commerciaux conclus entre l’UE et les pays tiers, de clauses de conditionnalité relatives aux droits de l’homme était certes un outil important mais que ces clauses devaient être rendues plus efficaces, notamment s’agissant de liberté religieuse.

 

Concernant les Etats candidats à l’adhésion à l’UE, la Commission européenne devrait suivre avec plus d’attention le respect du droit fondamental à la liberté religieuse et ses aspects corollaires (droits à la propriété, application de l’Etat de droit). Ainsi, des démarches claires et univoques allant dans le sens de l’application de la liberté religieuse devraient être un préalable à toute adhésion d’un Etat à l’UE.

 

S’agissant de la dimension intérieure, la principale référence des politiques de l’UE en matière de droits fondamentaux est l’article 2 du Traité UE. Le droit à la liberté religieuse au sein de l’UE est basé sur l’article 10 de la Charte des Droits fondamentaux. Les institutions européennes devraient donc garantir une interprétation de ce droit fondamental qui ne soit pas seulement réduite à une dimension individuelle, mais qui comprenne également pleinement sa dimension sociale et institutionnelle. Le Dr Peter Krömer, de l’Eglise protestante en Autriche et le Révérend Anthony Peck, Secrétaire général de la Fédération baptiste européenne, ont par ailleurs souligné dans leurs présentations la nécessité de veiller au respect du droit des Eglises minoritaires et des communautés religieuses dans les dispositions anti discrimination.

 

Les Eglises ont également demandé à l’Agence européenne des droits fondamentaux de produire une enquête sur les discriminations en matière de liberté religieuse dans les Etats membres et les pays candidats à l’adhésion. Pour ce faire, l’UE devrait encourager les États membres à collecter les données de ce type à l’échelle nationale et fournir annuellement à l’agence des droits fondamentaux les informations pertinentes.

 

Les récentes attaques basées sur la haine religieuse montrent clairement que le respect de la liberté religieuse est au cœur de notre vivre ensemble en Europe, permettant ainsi la réalisation de l’ « unité dans la diversité ». Le rôle de la religion dans l’espace public doit être protégé des attaques qui constituent également une violation de la liberté religieuse. Il est à cet égard important de reconnaître le rôle positif que joue la religion dans la vie publique et dans la société.

 

Communiqué de presse commun de la COMECE et de la CSC/CEC

 

Photos du Séminaire de Dialogue et interview Youtube avec Paul Bhatti ICI

 

Pour plus d’information, veuillez contacter la responsable presse de la COMECE, Johanna.touzel@comece.eu

 

Contact presse:

Alessandro Di Maio

Chargé de communication E-mail Contact Tel. +32 2 235 05 15
Contact us
19, Square de Meeûs
B-1050 Bruxelles
T + 32(0)2 235 05 10
Display:
http://www.comece.eu/